NOUVELLE AFFAIRE DES BIENS DITS MAL ACQUIS: QUAND LA PRESSE PANAFRICAINE S'INTERROGE. POURQUOI CE NOUVEAU DOSSIER EST-IL OUVERT PAR PARIS LE LENDEMAIN DE L’OUVERTURE DU DIALOGUE POLITIQUE AU GABON ? MON INTIME CONVICTION.

Chers lecteurs,

Les temps changent résolument cela est certain. Il suffit de suivre la télévision, lire les journaux pour se rendre compte que le regard du continent sur le reste du monde est désormais plus objectif, plus décomplexé et plus critique. Jadis l'occident s'enrumait et aussitôt l'Afrique toussait. Alors si un journal français par exemple traitait un président africain de voleur,  cela était repris en choeur par tous les quotidiens africains. Désormais, c'est différents. Comme illustration, cet article posté sur le blog Palestine solidarité. Il reprend les propos d'un panafricaniste invité de l'émission AFRIQUE MEDIA  et EODE TV. Posant les seules bonnes questions qui méritent aisément d'être posées sur l'affaire MBORANTSUO en France. Pourquoi ce nouveau dossier est-il ouvert par paris le lendemain de l’ouverture du dialogue national au Gabon ? Mais aussi qui a donné mandat à la France de désigner les gabonais coupables, quand ils s'empêtrent dans leur justice? Ainsi, l'intervenant démontre Comment ce nouveau traquenard représente une nouvelle étape de la déstabilisation du régime du président Ali BONGO, qui devrait payer d'avoir fait mentir la France au Gabon. Car selon les invités   de Ligne rouge l'émission de la chaîne panafricaine assurent qu'ils ne s'agit que de cela.  pointant ainsi  le doigt là ou ça semble faire mal à Paris.  Toute infime intelligence ne peut manquer en effet, de l'avoir observé. Cette étrange coincidence d'agenda entre la tenue du Dialogue Politique ou tous les problèmes doivent pouvoir trouver une solution et guider à la réconciliation des gabonais et, la sortie du nouveau scandale des biens mal acquis.le coup préparé  apparaît  aussitôt,  gros comme un oeuf et la tentative de déstabilisation est une fois de plus évidente. Ceux-là qui veulent faire bouger les choses sont toujours visés en Afrique. Dès lors que cela est compris, il convient alors de s'atteler à ne pas tomber dans le piège et poursuivre,  et  atteindre les objectifs fixés. Au delà des divergences d'opinion, les gabonais doivent ouvrir les yeux et comprendre que si d'autres panafricains sont capables de déceler de telles manipulations Contre le Gabon,eux doivent en faire autant et même plus, ils doivent se souder davantage. Pour ceux-là qui espèrent gagner une quelconque reconnaissance en se donnant à moindre coût à tous ces pouvoirs qui veulent garder la main mise sur ce pays. Gardez bien près cets adages très  répandus qui déclarent: * qui tue par l'épée périt par l'épée* et *on vous mesurera à la mesure dont vous avez mesurez* En d'autres termes, vous serez traités de la façon dont vous avez traité votre pays, vos frères. Aussi pendant que cela est encore possible, il convient de plutôt s'asseoir et ensemble prendre les bonnes décisions pour l'avenir du pays. C'est là Mon Intime Conviction. 

NOUVELLE AFFAIRE DES BIENS DITS MAL ACQUIS: QUAND LA PRESSE PANAFRICAINE S'INTERROGE. POURQUOI CE NOUVEAU DOSSIER EST-IL OUVERT PAR PARIS LE LENDEMAIN DE L’OUVERTURE DU DIALOGUE POLITIQUE AU GABON ? MON INTIME CONVICTION.
Retour à l'accueil